Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

AZF: « La sous-traitance est une source de risque d’accidents industriels » 4 commentaires

jdle1Directrice de recherche à l’Inserm et spécialiste des questions de santé au travail, Annie Thébaud-Mony a été appelée comme témoin le 12 mars dernier au cours du procès AZF par la CGT. Cette sociologue revient pour le JDLE sur le mode d’organisation du travail de la sous-traitance qui, selon elle, est pour partie à l’origine de la catastrophe industrielle du 21 septembre 2001.

En quoi la sous-traitance a-t-elle joué un rôle dans la catastrophe d’AZF?

Sur 21 salariés tués, 11 étaient sous-traitants. Ils assuraient principalement les fonctions de transport, manutention, stockage et entretien. Sur un site classé Seveso, où sont stockés des produits chlorés et du nitrate d’ammonium susceptibles de générer une explosion, il est incroyable que ces fonctions -vitales pour la sûreté des installations- aient été sous-traitées.

Selon les chiffres de la Caisse nationale d’assurance maladie (CNAM), il existe une «sur-accidentabilité» dans les métiers du service aux entreprises par rapport aux autres entreprises. Mais les données nationales ne permettent pas d’identifier les accidents chez les sous-traitants et les intérimaires intervenant sur le site d’entreprises utilisatrices. Sur des sites Total ou EDF, le nombre d’accidents du travail concernant le personnel extérieur est 4 à 10 fois plus élevé.

Philippe Saulnier, syndicaliste et ancien secrétaire d’un Comité d’hygiène, sécurité et conditions de travail (CHSCT) chez Total a témoigné de l’absence de formation de ces personnels, de leurs salaires inférieurs, de leurs conditions de travail précaires et des mauvaises conditions de sécurité.

Une autre conséquence essentielle de la sous-traitance est la dispersion de la mémoire du site.

Lire la suite de l’entretien sur le site du journal de l’environnement (inscription gratuite).

Be Sociable, Share!

4 commentaires

  • LE GOFF dit :

    Comment tricher avec les chiffres?
    Sur 21 victimes 11 en sous traitance!!! Mensonge!!
    Sur 11, des transporteurs et livreurs indépendants, dépanneur ascenseur, une autre reçue dans les bureaux à l’entrée pour des renseignements, des spécialistes chaudronniers tuyauteurs et autres. Comment associer ces métiers de spécialistes à de la sous traitance?
    legorol

  • Elsa Fayner dit :

    Bonjour M Le Goff,
    merci pour votre message.
    Concernant ces chiffres, le TGI de Toulouse a compté, sur les 21 travailleurs décédées le 21 septembre 2001 sur le site d’AZF, 10 personnes qui n’appartenaient pas au personnel de Grande Paroisse (AZF).
    Parmi ces 10 personnes, 5 travaillaient pour des entreprises sous-traitantes (TMG, CTRA…), dont certaines en intérim.
    Les autres étaient effectivement livreur, dépanneur ascenseur, ou de passage.

    Toutefois, les grands groupes pétrochimiques font régulièrement appel à des travailleurs extérieurs pour des tâches très techniques mais ponctuelles, sur les plates-formes pétrolières par exemple. Ils ont alors besoin de spécialistes, qui travaillent pour des sous-traitants, non?

  • Les employés de la sous traitance sont les plus exposés aux risques du métier. Mais dans la plupart des cas, les entreprises font appel aux entreprise de sous traitance pour transférer les travaux comportant des risques. Il est conseillé de stipuler dans le contrat de sous traitance des clauses en cas d’accident corporel ou pire mortel.

  • smutek dit :

    sous-traitance dans la maintenance du parc nucléaire

    EDF sous-traite une énergie à risques à des intérimaires pas forcément qualifiés pour faire des économies et les « anomalies » sont en recrudescence.
    Confier à une multinationale l’énergie nucléaire est irresponsable non seulement pour les travailleurs mais à cause de maladresses qui peuvent avoir des conséquences dramatiques.Vivant dans le milieu de l’IRSN (surveillance de la radioactivité en France), j’ai eu
    l’occasion de voir des ingénieurs avoir des sueurs froides rétrospectivement après avoir redressé une vanne tournée du mauvais côté et être intervenus in-extrémis.

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.