Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

Agressions au supermarché = pertes d’emplois dans la cité O commentaire

 

MainKiEcritMarielle Dumortier est médecin du travail. Elle a également écrit Mon médecin du travail. Pour Et voilà le travail, elle tient une chronique régulière. Nouveau témoignage.

Le mois dernier, j’ai reçu Péguy après un accident du travail survenu un mois et demi plus tôt. Son doigt s’est retourné alors qu’elle tentait de retenir une boîte de gâteaux qu’un jeune voleur d’une dizaine d’années avait choisi d’emporter.

Après un arrêt de travail de six semaines, cette femme souffre toujours et ne peut plus plier son doigt. Péguy me supplie de la laisser travailler, elle a des soucis d’argent… Je la laisse reprendre son travail avec des restrictions d’aptitude.

Un braquage traumatisant

Il y a quinze jours Samira arrive pour une visite de pré reprise. Elle a subi un braquage l’an passé. Elle a eu un revolver sur la tempe pendant de longues minutes. Elle est terrorisée à l’idée de devoir remettre les pieds dans le magasin. Je ne la laisserai probablement pas reprendre son travail et j’envisage une inaptitude.

Ce matin j’ai vu Sophia. Elle faisait de la mise en rayon quand un voyou surpris en train de voler par Robert l’a violemment bousculée. Elle est tombée et s’est fracturé le nez.

La crainte d’une vengeance

Quand à Robert, Sophia ne sait pas très bien ce qui lui est arrivé. Il est en arrêt de travail : il se serait fait agresser un soir sur le quai du RER. Sophia avoue en sanglotant qu’elle craint que ce soit le résultat d’une vengeance du petit voyou.

Sophia ne va pas bien, elle pleure beaucoup et est angoissée. Je lui demande si son état est lié à la possibilité de reprendre son poste. Elle me répond : «  Oui, bien sûr un peu, mais surtout je ne sais pas où je vais aller, les autres sont envoyés loin. Moi j’habite la cité… Avec les enfants, je ne peux pas aller travailler trop loin. »

Fermeture du supermarché de la cité

Je ne comprends ce qu’elle veut me dire, je lui demande des explications. « Tous ces vols et tous ces arrêts de travail, ça coûte cher, alors ILS ont décidé de fermer le magasin à la fin du mois », me raconte-elle.

Tous ces salariés travaillent dans le même supermarché hard discount.

Be Sociable, Share!

Publié dans : Témoignages

le 28/10/2014, par Rozenn Le Saint

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.