Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

« A l’entretien d’embauche, on m’a demandé quel sport je pratiquais » O commentaire

Guillaume (1), 25 ans, est informaticien dans une grande surface des articles de sport. Il travaille au siège de la société, dans la région lilloise.

Les fondateurs de mon entreprise étaient de vrais passionnés de sport. Un jour, ils ont eu l’idée de créer des équipements sûrs et de bonne qualité pour toute la famille. Ils croyaient vraiment en leur concept.

Sportif exigé

Depuis, chaque nouvel employé doit adhérer à l’esprit maison. Pour ça, il faut être sportif. Et on est testé dès l’arrivée: à l’entretien d’embauche, on m’a demandé quelle discipline je pratiquais. Le fait de jouer régulièrement au badminton m’a sans doute aidé, mais ça n’a pas été le critère principal, heureusement. Mes interlocuteurs voulaient vérifier que je ne baratinais pas, en me posant quelques questions de base. S’ils m’avaient demandé mon moulinet préféré et que j’étais tombé dans le piège, en confondant canne à pêche et raquette, c’est sûr que ça n’aurait pas joué en ma faveur… Maintenant, c’est normal qu’ils valorisent les sports, surtout les sports co, nous travaillons beaucoup en équipe. Il nous faut aussi connaître les produits vendus, pour être sûr de ne pas dire n’importe quoi aux clients.’

Sportivement

Cela dit, une fois embauché, il y a quelques habitudes à prendre. Quand je me présente à un nouvel interlocuteur au sein de l’entreprise, par exemple, je dois indiquer mon prénom, mais aussi là encore le sport que je pratique. La personne en face fera de même. Je dois également penser à signer mes mails par un poli «sportivement». Et puis, les évaluations professionnelles durent une journée, que je passe avec mon supérieur, quitte à le suivre à la piscine s’il va nager tous les midi. Bon, j’ai vite pris le pli. Comme disent mes patrons, je travaille dans une « entreprise passion ». L’ambiance y est plutôt bonne, la moyenne d’âge tourne autour de 30 ans.

Soirées sport

Le midi, par exemple, nous allons régulièrement jouer au squash, parfois même avec des supérieurs. Nous avons toutes les infrastructures nécessaires à proximité des bureaux. Et des abonnements à prix réduits dans la plupart des clubs de sports de la région. Tous les deux mois, la boîte nous propose des « soirées sport ». On se retrouve pour un match de volley ou de handball, avant d’aller dîner tous ensemble. Moi, j’en profite, c’est offert. Enfin, une fois par an, on nous invite à un week-end sportif, à la mer ou à la montagne, avec réunion le matin et tournois l’après-midi.
Un seul détail m’a perturbé: pour toutes ces activités, les douches sont collectives dans les vestiaires. Moi, je n’avais pas l’habitude, contrairement aux autres qui n’ont pas l’air gênés. Il faut dire que beaucoup sont d’anciens sportifs de bon niveau.

D’ailleurs, la critique la plus facile à faire ici, c’est d’accuser quelqu’un d’avoir été recruté sur ses résultats sportifs plutôt que sur ses compétences professionnelles.

(1) Le prénom a été modifié, à la demande de l’intéressé.

Be Sociable, Share!

Publié dans : Au magasin | Témoignages

le 24/08/2009, par Elsa Fayner

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.