Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

Des intérimaires à l’abattoir O commentaire

laviedesidÀ travers une enquête ethnographique dans un abattoir, À l’abattoir. Travail et relations professionnelles face au risque sanitaire, Séverin Muller explore le nouveau modèle sanitaire fondé sur la traçabilité et l’autocontrôle. Il montre les contraintes que fait peser ce modèle sur les ouvriers, les cadres et les vétérinaires, groupes qui doivent tous redéfinir leurs pratiques de travail, à mesure que s’exacerbent les tensions entre impératif de profit et préservation de la santé publique. (…)

L’ambivalence de la traçabilité, outil de spécification commerciale aussi bien que contrainte légale, fait que l’on passe d’une production de masse indifférenciée à une production sériée en fonction de la demande des clients. (…) [Cette] mise en place de la traçabilité accentue les effets d’imprévisibilité et les ruptures dans le travail (par opposition à la logique industrielle de continuité du travail à la chaîne), ce qui se traduit (dans l’entreprise étudiée par l’auteur) par un recours accru au travail intérimaire et une précarisation de l’emploi.

Lire la suite du compte-rendu d’Antoine de Raymond et l’analyse d’Isabelle Astier, sur le site de La vie des idées.

Lire une interview de l’auteur, Séverin Muller, maître de conférence en sociologie, sur le site du Journal du CNRS.

Be Sociable, Share!

Publié dans : Intérim | Organisations du travail | Un peu partout

le 10/02/2009, par Elsa Fayner

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.