Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

« C’est un travail d’équipe, c’est ça l’esprit d’équipe ! » O commentaire

etpourtantjemesuisleveetot1Extrait d’un reportage que j’ai réalisé pour mon livre Et pourtant, je me suis levée tôt… Je m’étais faite recruter chez Ikéa, à la “boutique suédoise” pour confectionner sandwiches et hot-dog, 20 heures par semaine, en CDD. Épisode 3, la fermeture.

À 20h, les derniers clients s’empressent de commander quelques hot-dog à emporter. Ils ne pourront pas profiter du distributeur de boissons à volonté.

Le magasin ferme. À 20h15, les lumières s’éteignent.

Nous nettoyons les vitrines, rangeons les donughts, et les sablés double face au chocolat pour le lendemain. Nous passons un coup de chiffon sur les tables. Avec la collègue qui « fait la fermeture », nous ligotons consciencieusement les quatre grandes poubelles dans lesquelles les clients ont vidé leurs plateaux. Des affichettes identifient chaque bac : plastique, papier, canettes, déchets organiques. Nous empilons les sacs sur un chariot, pour nous diriger vers le vide-ordures central. Une fois arrivées dans le vaste local, nous jetons un œil à notre cargaison : les quatre sacs sont noirs, rien ne les distingue plus désormais. Qu’à cela ne tienne : nous les jetons tous dans la même benne. Je demande à la collègue ce qu’elle en pense. Elle répond que les clients de la cafétéria eux-mêmes mélangent leurs déchets, sans se préoccuper de tri sélectif. Il est donc inutile pour nous d’essayer de respecter les affectations des poubelles.

Pour rejoindre les vestiaires, je traverse le magasin, vide. Dans la pénombre, les coussins en forme d’animaux tendent mollement leurs bras en peluche aux miroirs ondulants. J’enjambe un lit enfant, remonte les allées à contresens, pousse les « issues de secours » qui révèlent que le rayon salle de bain jouxte en réalité les luminaires malgré les quarante minutes de circuit fléché qui les séparent. Je prends la tangente au rayon cuisine, pour me retrouver dans le couloir blanc du personnel. Les dix-huit principes ikéens sont étalés sur les murs.

Dans le vestiaire, je prends mon temps. En sortant, je trouve la collègue qui m’attend patiemment depuis un moment. Merci, il ne fallait pas, ce n’était pas la peine. « C’est un travail d’équipe, c’est ça l’esprit d’équipe ! », explique-t-elle tandis que nous nous dirigeons tranquillement vers la nuit noire et le brouillard.


Be Sociable, Share!

Publié dans : Au magasin | Entreprises | Témoignages

le 25/02/2010, par Elsa Fayner

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.