Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

Quartiers populaires, quartiers politiques O commentaire

quartierspopuSelon Denis Merklen, le délitement progressif de la société salariale engendre de nouvelles formes d’individuation et de mobilisation politiques au sein des classes populaires, où le quartier tend, imparfaitement, à remplacer le travail comme support d’affiliation sociale. Une évolution que les sociologues sont souvent en peine d’apercevoir, faute de se départir d’une conception très normative de la citoyenneté. Recension d’Igor Martinache sur le site de la Vie des Idées.

laviedesid1

Les discours sur les mouvements sociaux sont fréquemment empreints d’une normativité plus ou moins implicite. Les sciences sociales ne dérogent pas à la règle, comme le montre par exemple l’embarras des chercheurs à reconnaître le caractère politique des récentes « émeutes », ainsi que ces événements ont été étiquetés. L’affaiblissement présumé de la conflictualité du travail au profit des « nouveaux mouvements sociaux » aux revendications plus culturelles que matérielles constitue une bonne illustration de cet ethnocentrisme politique, qui voudrait notamment que la précarisation des classes laborieuses les ait détournées de l’action revendicative.

C’est à la correction de ce biais épistémologique que Denis Merklen s’attaque dans le présent ouvrage, à partir d’enquêtes minutieuses qu’il a pu mener dans des quartiers urbains pauvres en Haïti, au Sénégal, en France, et surtout en Argentine. Ses observations le conduisent en particulier à articuler la déstabilisation en cours de la société salariale, telle qu’elle a bien été analysée par Robert Castel, avec l’émergence de nouvelles formes de mobilisation au sein des quartiers populaires. Son ouvrage se situe ce faisant à la croisée de la sociologie du travail, celle des comportements politiques et de l’action publique, mais aussi de l’analyse de la stratification sociale et de la sociologie urbaine.

Quand l’« habitant » chasse le « travailleur »

Cette entrée par le quartier est en effet loin d’être anodine, car comme l’écrit Denis Merklen en introduction de son propos, « tout conduit à penser qu’une bonne partie de l’identité des classes populaires migre du travail vers l’habitat. Ceux qu’on nommait avant les ouvriers sont devenus des habitants de quartier, ils sont socialement identifiés par des références au territoire qu’ils habitent » (p. 19).

Lire la suite de la recension d’Igor Martinache sur le site de la Vie des Idées.

Quartiers populaires, quartiers politiques, de Denis Merklen, Paris, La Dispute, 2009, 305 p., 24 €.

Be Sociable, Share!

Publié dans : Culture

le 29/06/2009, par Elsa Fayner

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.