Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

1990-2011: un travail plus monotone, et pas plus autonome O commentaire

Photo Cédric Faimali / collectifargos.org

La Fondation de Dublin a publié mi-novembre les premiers résultats de sa 5e enquête sur les conditions de travail en Europe, desquels elle tire quelques éléments de comparaison sur les 20 dernières années. Résultats principaux.

• Le changement structurel de l’emploi se poursuit en Europe, avec le déclin de l’emploi dans les secteurs de l’agriculture et de l’industrie au profit des emplois dans les services.

• La proportion de travailleurs ayant un contrat temporaire a augmenté.
• La ségrégation des emplois sur la base du genre persiste.
• Plus de femmes ont accès à des fonctions d’encadrement. Toutefois, et de manière croissante, elles supervisent surtout des femmes.

• La durée hebdomadaire du temps de travail continue de diminuer en moyenne
• La semaine de 40 heures, du lundi au vendredi, reste la norme pour la plupart des travailleurs européens.
• Environ un cinquième de la population au travail déclare un équilibre vie privée vie professionnelle non- satisfaisant, proportion en légère diminution depuis 2000.

• Davantage de travailleurs en 2010 qu’en 2005 ont reçu au cours des douze derniers mois, une formation payée par leur employeur. Il est trop tôt pour savoir s’il s’agit d’un changement conjoncturel en réponse à la crise ou structurel traduisant un changement de comportement.
• Les possibilités de développement dans le travail et d’acquisition de nouvelles compétences ne se sont guère accrues au cours des dernières décennies : les niveaux d’autonomie déclarées dans la présente enquête sont proches de ceux rapportés il y a 10 ans, et le travail monotone a cru légèrement. Entre 1995 et 2010, la proportion de travailleurs effectuant des tâches monotones a augmenté, de 40 à 45%. Les tâches répétitives continuent à former une part importante du travail des européens : 40% d’entre eux effectuent des tâches répétitives de moins de 10 minutes (pourcentage en baisse cependant, ils étaient 51% il y a 20 ans dans la Communauté Européenne des 12) ; alors que 27% des européens effectuent des tâches répétitives de moins d une minute, pourcentage inchangé depuis 2000.

• Les travailleurs européens continuent de faire des efforts physiques ou de subir des contraintes physiques dans les mêmes proportions qu’il y a 20 ans. Toutefois, ils sont moins nombreux à déclarer que leur santé et sécurité est à risque à cause de leur travail.

L’intensité au travail reste à son niveau le plus élevé. En moyenne elle n’a pas cru depuis 2005
• Une proportion importante des personnes au travail ne pense pas être capable de continuer à faire le même travail à 60 ans.

Lire les résultats de la 5e étude de la Fondation de Berlin: « 20 ans de conditions de Travail en Europe: Premiers résultats (à partir de la 5eme Enquête Européenne sur les conditions de Travail) »

Be Sociable, Share!

Publié dans : Actualité

le 2/01/2012, par Elsa Fayner

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.